Getting mpich2 1.3.1 on Debian and Ubuntu

  • If you are running Debian squeeze or Debian unstable:
    mpich2 1.3.1 is available in Debian experimental. Add experimental to your /etc/apt/sources.list, then apt-get install mpich2/experimental

  • If you are running Ubuntu natty:
    mpich2 1.3.1 is available in the universe repository.

  • If you are running Ubuntu lucid or Ubuntu maverick:
    a backport has been requested, but they usually take some time to be processed. In the meantime, unofficial backports are available from http://people.debian.org/~lucas/mpich2/.

Debcamp+Debconf again! (update)

As I did since 2007, I will be attending Debconf again this year. I have been quite busy recently, and am lagging behind in some of my Debian work, so I plan to use Debconf to get stuff done, not just socialize and attend talks.

Here is my TODO list, basically by order of “willingness to do the work”. It’s probably too much for 9 days, so don’t hesitate to talk to me if you want to help with some items.

  • Switch the ruby1.9.1 package to a prerelease of Ruby 1.9.2. That package providing the development branch of the interpreter. That will be done while keeping the existing package name, as Ruby 1.9.1 and 1.9.2 are (supposed to be) compatible. It might be a bit confusing for users to have a ruby1.9.1 package that installs Ruby 1.9.2, but then we can just blame the upstream developers for using the same numbering space for “ruby compatibility level” and “ruby version”. Bonus: will fix 2 FTBFS on {kfreebsd-,}i386. ruby1.9.1 1.9.2~svn28788-1 uploaded, but it really means “ok, enough, let’s upload and see what happens”. There are some open issues on FreeBSD, and some patches that still require porting to that version.
  • Update the ruby1.8 package. There’s a few patches pending (including the “ruby is slow because of pthread” one). ruby1.8 1.8.7.299-2 uploaded, sync to Ubuntu requested.
  • Run an archive-wide test using instest again. instest is a piuparts re-implementation that is targetted at making it easy to file bugs about installation and removal failures. It’s nothing big, really, but already allowed to file 78 RC bugs a few months ago. Done, and call for help posted. Which raises another TODO item:
    • Process instest failures if nobody wants to help … Well, done partially. The number of issues found justifies that those tests are useful, so I’m a bit annoyed that nobody volunteered to help.
  • Run an archive rebuild. I did one last week-end mainly to provide food for RCBC, but there are some failures that haven’t been filed because they required more investigation. I also need to check back with various people about some custom rebuilds (newer GCC, etc). And I’ll probably also do a rebuild of Ubuntu maverick.Rebuild done, about 70 new RC bugs filed, and some cleanup done on old unreproducible bugs. Also did a rebuild with an updated hardening-wrapper for Raphael Geissert, and a rebuild of Ubuntu maverick on i386 and amd64 (results posted on ubuntu-devel@).
  • Do a ddpo-by-mail run. Last one was a longgg time ago. I have a few open requests about ddpo-by-mail that I’d like to address before spamming people again (for example, it shouldn’t report about merged bugs).Done, ~1300 emails sent.
  • Ultimate Debian Database work: merge the upload-history importer into UDD itself to drop the dependency on a script on merkel. Also address #540132 (strange info in the upload-history table). Make sure the changes to carnivore about DMs are compatible with the carnivore importer. All done!
  • Investigate how we could improve Ruby packaging with something like ruby-support. One of the requirements is to provide an easier way to support several Ruby versions.
  • Do some work on feed2imap. It got a few valid feature requests recently that I’d like to address in a 1.1 release.
  • Debian/Ubuntu work: add info about bugs with patches to the PTS now that this info is available in UDD thanks to Brian Murray’s work on the Launchpad side, and other pending work items from the Debian/Ubuntu BOF at UDS
  • Work on Bapase and the handling of poorly maintained and low-quality packages, resurrecting an old thread on debian-qa@
  • Do some packaging work: systemtap 1.3, tcsh, websec (long overdue!), and the usual pkg-ruby-extras shores. I also would like to take a look at the atlas FTBFS as I’m affected through hpcc.
  • Update developers-reference. I’m totally in lazy mode about that since the maintenance was transferred to debian-policy@, but I will try to address bugs with valid patches.

Doctor Capello!

He might too shy to tell everybody, but the world must know. Luca Capello successfully defended his PhD thesis today at Université de Genève, getting a “Très Bien” mention.

I must admit that my last biology lesson was 13 years ago, so I’m not sure I can really comment on his work on Vomeronasal Receptors: from Monogenic Expression to Axon Guidance. But I was very impressed by the quality of the experimental process, especially compared to what we do in computer science.

Debian was well represented at the defense, since Axel Beckert, Didier Raboud and the Debian kilt were also there.

Welcome to the list of Debian Developers holding PhD degrees, Luca!


Luca waiting at the door (again).
luca1
Luca ready to start.

Debian’s KVM + Ubuntu karmic => bug?

I’ve been playing with virtualization, and KVM in particular. However, I’m running into an interesting problem. Below is how Ubuntu Netbook Remix look inside my KVM (either using virt-viewer, virt-manager or directly KVM to display the VM). Note how the top panel is fine. I’m using KVM 88 from experimental (but I had the same problem with KVM 85 from unstable), the cirrus video driver inside the VM, and an up-to-date karmic VM.
Has someone ran into that problem already? If yes, where is it tracked? I’m been failing to find the correct search keywords so far.

kvm-unr

LDLC: plus jamais !

Je viens de vivre une expérience intéressante, qui m’a décidé à ne plus jamais commander de matériel chez LDLC. Je voulais acheter un adaptateur USB vers série (DB9) pour pouvoir continuer à utiliser Suuntux avec mon nouveau PC portable, qui n’a pas de port série.

samedi 7 mars: je vais sur LDLC, et commande un adaptateur USB/série. Je prends le moins cher, car je ne compte pas le pousser dans ses derniers retranchements ni en faire une utilisation intensive: ma montre fait du 9600 bauds de toute façon.
mardi 10 mars: le facteur passe une première fois. Mais comme LDLC fait toujours exprès de mettre un carton énorme pour éviter qu’il rentre dans la boite aux lettres (même si votre commande rentrerait largement dans votre boite aux lettres avec un carton adapté), je dois attendre que le facteur passe 2 fois, puis aller chercher le colis à la poste (un plaisir).
jeudi 12 mars: je peux enfin récupérer mon cable. Je branche, le périphérique est correctement détecté par le noyau, mais ça ne marche pas: je ne lis que des 0 (caractère numéro 0, pas caractère ascii “0″). Je cherche pendant une heure, sans réussir à trouver la solution. Ca ne marche pas non plus avec un autre PC. Le périphérique marche bien quand je le branche sur un autre PC avec un port série. Premier mail au support de LDLC.
vendredi 13 mars: premier mail du support, qui me demande plus d’informations sur les tests réalisés.
jeudi 19 mars: après quelques échanges avec le support de LDLC, je renvoie l’adaptateur (deuxième passage à la poste), et j’en recois un autre (troisième passage à la poste). A l’ouverture du colis, je commence à comprendre l’origine de mes problèmes: visiblement, les adaptateurs USB/série vendus par LDLC sont fabriqués à l’arrache: le boitier était mal moulé (tordu), et il manquait même une des vis. Et, ça ne marche toujours pas.
prise1prise2
jeudi 30 mars: je renvoie l’adaptateur USB/série pour recevoir un avoir. (quatrième passage à la poste)
lundi 6 avril: je recois le rapport du service de test de LDLC. Résultat: Cable Usb/Vga OK. !! J’espère qu’ils n’ont pas trop abimé leur prise VGA (3 rangées de pins) en la branchant sur l’adaptateur série (2 rangées de pins).
rapport1
jeudi 9 avril: je recois dans ma boite aux lettres un adaptateur commandé, pour 5 euros de plus, sur Amazon. Je le branche, il marche immédiatement. (d’ailleurs c’était le même driver que ceux de LDLC)
lundi 20 avril: 3 autres échanges de mails pour réussir à récupérer l’avoir. Ils m’avaient oublié.

Conclusion:
- beaucoup de temps perdu pour avoir essayé d’économiser 5 euros
- le service client de LDLC est réactif (rarement plus de deux jours d’attente pour une réponse) mais pas efficace du tout
- LDLC vent du matériel qui ne fonctionne pas
- Le service de test de LDLC ne sait pas reconnaitre une prise série DB9 d’une prise VGA
- Renseignements pris, il semble que la qualité de service de LDLC s’est sérieusement dégradée ces derniers temps (depuis un rachat), et qu’il vaut mieux se tourner vers des concurrents, comme RueDuCommerce ou Materiel.net.

Anomos: anonymous BitTorrent

The following information is based on Anomos’ website. Funnily, when you go to that website, the default page is a blog that doesn’t answer the “What’s anomos?” question. The answer to that question is available on the About page, on this blog post, and those slides.

So, Anomos seems like a good answer to the “it’s to easy to determine who is donwloading a file with BitTorrent” problem. It:

  • uses a mix network (like Tor) to transfer all the content.
  • encrypts the file being transferred.

    It is based on BitTorrent for performance, however, performance might be seriously affected by the mix network (which probably don’t resist too well to heavy load since most internet connections have asymmetric upload/download bandwidths).

    A strange point is that it uses a central tracker. I’m not sure why the central tracker couldn’t be dropped, to simply use a DHT instead. (And traffic to the DHT could go through the mix network as well).

  • Why are french universities on strike today (and from next monday)?

    Sorry, this post will be in french. I don’t think it will be interesting for many non-french-speaking readers, and the matters are a bit too technical to write it in english. If I have time, I’ll translate it, I promise.


    Au milieu de la journée de mobilisation d’aujourd’hui, un grand nombre des personnels des universités françaises sont aussi en grève. De plus, un appel à une grève reconductible a été lancé à partir du 2 février, et il est probable qu’il soit suivi dans de nombreuses universités. Malheureusement, le pouvoir de nuisance des universités étant assez faible, cela passe souvent inaperçu dans les médias, ou alors des mots-clés sont balancés pour décrire les revendications, sans les expliquer. Je vais tenter d’y remédier un peu.

    Avant de commencer, je vais me présenter: je suis demi-ATER. J’ai un diplôme d’ingénieur en informatique (de l’ENSIMAG), une thèse (depuis décembre, de l’UJF Grenoble), et je suis actuellement enseignant-chercheur en CDD à l’université de Lyon 1. Mon poste est en théorie à mi-temps (d’où le “demi-”). En pratique, je travaille à plein temps. Le poste à mi-temps me permet juste d’avoir le temps de faire autre chose que de l’enseignement (finir ma thèse, faire de la recherche, préparer mes dossiers de candidature). Je suis payé 1180 euros/mois (cf Wikipédia pour les détails). Je ne prétends pas être expert de toutes les questions que je vais aborder ici, mais je vais faire de mon mieux, et au moins donner un éclairage “de l’intérieur”.

    Alors, pourquoi cette colère ?

    La colère est dûe à plusieurs lois, décrets, processus et événements plus ou moins récents :

    • La Loi relative aux libertés et responsabilités des universités, aussi connue sous les noms de “loi LRU” et “loi d’autonomie des universités”. Cette loi transfère de nombreuses compétences aux universités, leur donnant beaucoup de libertés notamment pour gérer leur budget, leurs ressources humaines, et leur patrimoine immobilier.
    • Le décret modifiant le statut des EC (enseignants-chercheurs). Ce décret modifie profondément les conditions de travail des EC.
    • La réforme des IUFM (“mastérisation de la formation des maîtres”), qui forment les enseignants du primaire et du secondaire.
    • Récemment, l’annonce d’un Contrat Doctoral Unique, pour remplacer certains (pas tous!) des contrats des doctorants (=”thésards”).
    • La réorganisation des organismes de recherche, en particulier du CNRS.
    • Les budgets des universités annoncés récemment, globalement en baisse, et en contradiction avec les réformes annoncées ou déjà mises en place qui sont coûteuses en heures d’enseignement. (voir ici par exemple)
    • L’accord entre la France et le Vatican sur l’équivalence des diplômes des universités catholiques
    • Le discours de Nicolas Sarkozy du 22 janvier (cf Elysée et réponse de SLR), perçu comme une énorme provocation.

    Tout d’abord, il faut se souvenir que le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche est extrèmement compliqué. Il y a un nombre très important d’acteurs et de statuts différents, qui sont malheureusement quasiment tous nécessaires ou utiles. Vu de l’extérieur, évidemment, c’est pas facile, et ça ressemble à une usine à gaz, mais il faut garder en tête qu’on ne parle pas d’une PME, et qu’il faut être capable de dialoguer avec de très nombreux autres acteurs, aussi bien en France qu’à l’étranger. En pratique, vu de l’intérieur, ça ne fonctionne pas si mal que ça, surtout vu les moyens qu’on a.

    La plupart des réformes récentes du gouvernement sont construites sur le même modèle:

    • on part d’une constatation avec laquelle (presque) tout le monde est d’accord.
    • on propose une réforme pour corriger le problème. De préférence, la réforme est baclée, et oublie complètement certains aspects ou acteurs importants.
    • au passage, on fait passer des micro-réformes sans rapport avec le reste, de préférence permettant d’économiser de l’argent en diminuant fortement la qualité de la formation ou les conditions de travail.
    • on fait semblant d’organiser une concertation, en ignorant les retours.
    • on annonce la réforme en expliquant à quel point elle va révolutionner le monde, si possible en truquant un peu les chiffres pour augmenter l’effet d’annonce.
    • on passe à la réforme suivante.

    La majorité des EC ne s’opposent pas aux réformes proposées: toutes ont des bons côtés, et certains de leurs changements sont nécessaires et bienvenus. Ils s’opposent à des “détails” techniques qui n’en sont pas, des bugs absolument critiques qu’il faut corriger, et que le gouvernement ignore, volontairement ou involontairement, par précipitation.

    Prenons la réforme du statut des EC.
    Actuellement, un EC fait 192h d’enseignement en heures équivalent-TD par an (ce sont les heures de présence effectives devant les étudiants, qui excluent absolument tout le reste — préparation des cours, surveillances d’examen, correction de copies, jurys, et les autres rôles des enseignants-chercheurs: recherche et responsabilités administratives). 1h de cours vaut 1.5h de TD, et 1h de TP vaut 2/3h de TD.
    Après la réforme:
    - 1h de TP vaut 1h de TD, ce qui est un bon point: cela évite de privilégier des TD car ils sont plus rentables, alors que des TP sont souvent plus utiles au étudiants. Problème: comment financer les heures supplémentaires, si les budgets baissent ?
    - Il n’y aura plus de service “standard” de 192h eqTD. Le service de chaque EC est modulé. Par qui? Le président de l’université, tout seul. En fonction de quoi? En théorie de l’activité de recherche de l’EC (très difficile à évaluer de manière juste), et le décret est très flou sur la mise en oeuvre. Avec quelles possibilités de recours? Aucune, a priori.

    Autre réforme: la loi sur l’autonomie des universités, qui deviennent maîtres de leurs budgets.
    Oui, mais certains établissements à l’intérieurs des universités étaient mieux dotés jusqu’à présent, en raison de leurs spécificités: les IUT (filière avec sélection à l’entrée, diplôme au programme national, très bon encadrement des étudiants …). Et les IUT réussissent plutôt beaucoup mieux que le reste de l’université, (notamment) grâce aux moyens supplémentaires.
    Après la réforme: la dotation des IUT va être gérée par leurs universités de rattachement, avec un nouveau mode de calcul qui va entrainer une énorme baisse de la dotation (-30% à -40%). Cela annonce la mort des IUT à moyen terme, ou au moins leur “entrée dans le rang”. (voir ici pour qqes exemples concrets). Pourquoi casser ce qui marche bien ?

    Finalement, la réforme des IUFM: (attention, c’est le sujet que je connais le moins bien)
    D’après ce que j’ai compris, les modalités des concours (CAPES, etc) changeront en 2010, et, au lieu de sanctionner la fin des études dans un IUFM, seront accessibles au niveau master (bac+5). Du coup, de nouveaux masters vont être créés au sein des universités pour acceuillir les étudiants se destinant à ce concours.
    Je crois comprendre que les revendications portent sur:
    - le problème de la baisse de qualité de la formation des maîtres (notamment, pour faire des économies, la suppression du stage obligatoire en deuxieme année d’IUFM)
    - une réforme faite dans la précipitation
    Voir ce site, par exemple.

    En résumé, espérons que cette mobilisation débouche sur une amélioration des réformes, avec une vraie concertation permettant de résoudre les différents points de conflits, et pas sur un passage en force en l’état, ou sur une suppression pure et simple de la réforme… Mais c’est beaucoup plus difficile que de faire des annonces bien visibles pour passer au 20h…

    En tout cas, après m’être plongé dedans aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il y a un gros déficit d’information et de vulgarisation de la part des différentes organisations syndicales et des associations… Ca n’est finalement pas si étonnant que les journalistes communiquent si mal sur les revendications.

    Liens:
    - Sauvons l’Université (SLU)
    - Sauvons la recherche (SLR)
    - Conférence des présidents d’université (CPU) (La CPU est une organisation plutôt proche du pouvoir, et plutôt mesurée. Si la CPU communique son désaccord, c’est que c’est très grave.)

    Debian on a Dell E4300

    I received a new laptop, a Dell Latitude E4300. I was a bit anxious with its level of support on Linux, because it only recently started being shipping, and it’s full of recent Intel hardware. Also, with lenny being frozen for 5 months, we are currently a bit behind regarding hardware support.

    I installed lenny on it, as I usually run testing+APT pinning. What I’m describing here is what is unsupported in lenny out of the box.

    Wireless:
    Needs a 2.6.27 kernel (iwlagn driver), Lenny only has 2.6.26. Downloaded from the kernel team’s unofficial repo. Firmware isn’t packaged in Debian (firmware-iwlwifi needs an update). Needed to download it from Intel.

    Graphics:
    Intel device, unsupported with lenny’s driver (but vesa works surprisingly well, oI only noticed that I was using vesa when I tried to play a video and found out I had no xv support).
    Works with experimental’s Xorg and the experimental intel driver, but that Xorg needs some polishing. The evdev driver now handles all inputs, so the keymap has to be configured differently (as usual, #debian-x people were very helpful).

    Suspend/Resume:
    Works out of the box using pm-utils. No need for quirks.

    All in all, it was easier than I expected, and support will probably be perfect for lenny+1/2 ;)